Magazine Nouvelles

Le Temps accordé

Publié le 20 septembre 2021 par Jlk
242081145_10227516171836784_1226533330131284041_n.jpg (Lectures du monde, 2021) À LA PÊCHE. – Sans en attendre rien «au fond», car tout «retour» m’indiffère désormais dans les grandes largeurs faute de véritable interlocuteur (Dimitri, Christian Bourgois, Maurice Nadeau, Jérôme Lindon, Gérard Bourgadier, Dominique de Roux et mon cher Pierre-Guillaume, Bernard de Fallois, tous les éditeurs selon ma tripe ou mon âme sont morts…), j’ai envoyé ces jours, à vingt éditeurs «de francophonie et environs», un triptyque documentaire personnel contenant ma bio résumée, une liste de la vingtaine de livres que j’ai publiés et un inventaire des dix ouvrages prêts à l’édition ou en cours de composition qui m’occupent ces temps, avec la proposition à chacune et chacun de me signifier son éventuel intérêt. L’expérience aura valeur pour moi de test. Qui prendra seulement la peine de me répondre ? Ce dont je suis sûr, et qui fait tout mon plaisir, est qu’il me reste quatre livres à parachever si possible, de mon vivant, et ensuite bonsoir: au bon cœur et plaisir éventuel de nos filles et de nos petits-fils…20882564_10214082966455045_8934503663127614844_n-1.jpg Firme JLK – Inventaire des écrits d’ores et déjà publiables ou en voie de l’être. 1. Czapski le juste. Essai sur le peintre et écrivain polonais. Achevé. 150p. Copie papier ou numérique disponible.2. Mémoire vive. Carnets 2013-2019. Lectures du monde VI, Environ 350 pages. Achevé. Index éventuel à ajouter. Copie papier ou numérique disponible. 3. Le Temps accordé. Carnets 2019-2021. En travail. 4. Prends garde à la douceur. Suite méditative et poétique en trois parties : Pensées de l’aube, Pensées en chemin et Pensées du soir. En voie de finition. Environ 150 pages. 5. Le rêveur solidaire. Sélection de chroniques 2017-2021. À formater et à réviser. 6. Le Grand Tour. Carnets de voyage sur une cinquantaine d’années, en Italie, à Paris, en Europe, en Tunisie, aux Etats-Unis, au Japon, au Congo, en Suisse. 250 pages. Achevé. Copie papier ou numérique disponible. 7. La chambre de l’enfant. Poèmes. Achevé. 75 pages. 8. Le chemin sur la mer. Poèmes. Achevé. 100 pages. 9. Les Tours d’illusion. Roman panoptique. Pendant du Viol de l’ange. En voie de finition. Environ 300 pages.10. Panopticon. Listes et morceaux. En chantier. TURN IT UP. – En attendant Lady L. qui subit sa énième prise de sang de contrôle avant de descendre au sixième dessous du Service d’oncologie pour subir sa perfusion hebdomadaire au Paclitaxel, je prends des nouvelles, sur un tabloïd traînant par là, du rappeur américain Oliver Tree «passé aux Russes» pour y réaliser son prochain clip alors que son dernier tube, Turn it Up, commence «à grimper en flèche dans les charts», ce qui n’est guère étonnant puisque Oliver l’a conçu avec le « déjanté » groupe russe de punk-pop-rave Little Big et le soutien du rappeur-designer estonien Tommy Cash.«Je suis devenu comme un prince russe », déclare Oliver Tree désormais installé à Moscou où il s’apprête à lancer Cowboy Tears qu’il qualifie de «plus grand opus » de sa vie », etc.Que l’Amérique et la Russie fusionnent en nos lendemains qui chantent à l’enseigne du punk-pop-rave ne me paraît pas moins fou que les circonstances sanitaires que nous vivons, mais nous le prenons en souriant.Tout à l’heure j’ai dû produire mon passe numérisé et ma carte d’identité à l’entrée de l’hosto, et ensuite répéter la procédure à la cafétéria d’une façon qui m’a semblé aberrante, et cela m’exaspère mais je n’ai que le Système à vitupérer, personne n’y est pour rien et je n’en pense pas moins sans pointer aucun complot particulier puisque celui-ci est généralisé depuis longtemps et pour longtemps encore sans doute, notamment à l’enseigne du capitalisme monopolistique en vigueur à Wall Street autant qu’à Singapour, Moscou et Pékin, «objectivement» nous sommes pris au piège d’une façon plus globale et de cela nous commençons à peine de nous aviser -, et les illusions idéologiques ou les mesures politico-sanitaires n’y changeront rien – donc je souris à l’imbécillité apparente de tout ça et ne me soucie que de faire bien ceci et cela dans notre microcoms humaniste en attendant de rejoindre ma bonne amie au sixième dessous à la fin de ses putains de soins. (Au CHUV, ce jeudi 16 septembre)242431108_10227535223433062_6897731178627970355_n.jpgCARACO. – J’ai beaucoup lu (et relu) ces jours les écrits de Caraco, ayant récupéré à L’Âge d’Homme ses archives personnelles et quelques inédits majeurs dont le Journal de l’emmuré, remontant aux années 1959-60 et dont la sombre litanie obsessionnelle, quasi paranoïaque, alterne avec des vues saisissantes de lucidité en matière d’histoire et de politique, qui font de lui une espèce de Voltaire contemporain proche des gnostiques, plus encore prophète que philosophe, furieux ennemi des chrétiens après avoir été catholique ardent, connaissant Joseph de Maistre et Pascal par cœur et s’opposant à eux en affirmant que, Français de souche, il eût été reconnu et placé plus haut que Cioran.Ainsi écrit-il au début de 1959 : « Vivrai-je assez de temps pour être le premier, le premier écrivain de ce pays ? Je me sens tel, l’estime des Français me laisse indifférent et s’ils l’accordent à des imposteurs, je n’irai pas les détromper et ne me mêlerai de leurs amours, les pauvres gens ne sont pas difficiles, n’importe quoi les ravit en extase. L’Eglise fera de la France une autre Espagne, ce peuple a résolu de s’abêtir, jamais il n’aura mieux déçu les rares amis qui lui restent et jamais sa frivolité ne lui joua de tour plus ruineux : il s’est coupé de l’avenir et s’il ne se retrouve, il sera bientôt dans les oubliettes. L’Église est un cancer, il ne s’agit plus de la mépriser, mais d’extirper un mal dont le mépris ne vient à bout et que la tolérance achèvera par fomenter », etc.242459170_10227535204752595_489394945057007874_n.jpgAlbert Caraco vitupère la foi de Pascal après avoir placé les Provinciales au sommet de la littérature française du XVIIe siècle, il voit en Sade un génie presque à son goût pour sa célébration de la Raison, et en Rimbaud et Bernanos des «pornographes», Mauriac est à ses yeux un nain grêle, il vomit Maurras et Barrès mais Proust trouve grâce à ses yeux au titre du mysticisme juif, il ne comprend visiblement rien à la peinture ni à la musique qui ne soient «classiques», Rouault et Messiaen lui semblent d’un art inférieur – entre autres énormités selon mon goût à moi.Bref, c’est un bel exercice de discernement que la lecture de Caraco, génial et génialement difforme «à l’espagnole», absolument irrecevable aujourd’hui pour ses théories sur l’organisation raciste de l’espèce à venir et la manière violente qu’il préconise contre la surpopulation de la planète, les injures qu’il fait au Chrétien, au Noir, au Musulman ou à la Femme, entre autres rebuts de la «masse de perdition», et son délire prophétique évoquant le rôle providentiel à venir des Juifs me semble tourner à vide alors même qu’il ne cesse de prôner de prôner l’Ordre et la Mesure, cependant l’œuvre reste extraordinaire et rien que Post mortem, en manière noire, ou l’Abécédaire de Martin-Bâton, par manière de résumé de sa pensée, font de lui un prince de notre langue comme il n’y en a pas un à l’heure qu’il est…LETTRE AU MARQUIS. – « Cher Gérard, Merci pour vos messages divers, toujours aussi amicalement illisibles. Du moins suis-je arrivé à déchiffrer le nom de Valery Larbaud dans le dernier, et ce que vous nous dites de gentil, enfin je vous répète que vos poèmes dédiés au petit garçon ont la grâce d’Ariel.Je vous écris d’une terrasse du bord du Haut-Lac où s’achève ma balade quotidienne avec mon escort dog, friand lui aussi d’antipasti. Mon seul regret est de n’y être que nous deux, sans notre chère malade, qui s’est choisi avant-hier matin une perruque d’apparat au salon de coiffure de l’hôpital. Ainsi ne ressemblera-t-elle plus à un bonze tibétain ou au vieil Henri Miller à Big Sur, pour retrouver sa coupe garçonne à la Louise Brooks blonde de madone rhénane - ainsi que la qualifiait le peintre Omcikous quand il a réalisé notre double portrait à l’impasse des Philosophes.Nous en sommes à la dixième perfusion de poison homéopathique, et l’examen par scan tomodensitométrique est relativement rassurant, puisque la Bête semble tenue en respect, ni plus ni moins. Bref nous survivons assez sereinement avec l’encouragement discret mais quotidien de nos filles et de leurs deux jules très estimables en dépit de leur pilosité faciale excessive, de quelques amis via Whatsapp (vous ne savez pas de quoi il s’agit, mais c sans importance) ou en 3D si « ça se trouve »...J’ai lu ces jours pas mal de Caraco, ayant récupéré ses archives pour en transmettre une partie à un jeune hidalgo prof de lettres lancé dans une première biographie de l’énergumène en langue espagnole, et en même temps que je lisais le Journal d’un emmuré, longtemps annoncé mais toujours inédit, je suis arrivé au bout de ma troisième lecture d’Illusions perdues, ce matin dans la scène inouïe de la rencontre de Lucien de Rubempré tout décidé à se suicider, comme un Roland Jaccard las de jouer au ping-pong, et du démoniaque abbé Herrera dont l’effarante leçon de cynisme équivaut à un dépucelage « on the road », ou plus précisément au déniaisage définitif du poète se la jouant désespéré alors qu’il n’est en somme qu’un adorable et vil arriviste...Après la lettre de Daniel d’Arthez sur la frivolité française, le programme de conquête du succès que le pseudo-chanoine (sous l’habit duquel on repère les couilles de Vautrin en qui j’identifie à la fois le double noir de Balzac et la préfiguration d’un certain Charlus) propose à Lucien rejoint en somme, par défaut, le tableau apocalyptique brossé par Caraco des mœurs actuelles du monde littéraire et médiatique, entre autres scènes de la recherche du Pouvoir, sacrifiant tout à l’Effet et au Succès.À cela nous avons assez miraculeusement échappé, vous et moi, au milieu de nos bibliothèques à dédales, également mélancoliques et gentils (ou faisant semblant de l’être par politesse ou simple paresse, histoire qu’on nous foute la paix), et nous voici comme deux vieux anges en savates, tous deux attentifs à la beauté des animaux et des enfants, mais bordel quand nous revoyons-nous ? Faites-moi donc signe espèce de vilain satrape»…

Retour à La Une de Logo Paperblog