Magazine Journal intime

Résilience

Publié le 26 septembre 2010 par Marianne
Résilience
La capacité de résilience, en physique, est la capacité d’un corps à résister à la pression et à reprendre son état initial.
En psychologie la résilience est la capacité à surmonter un traumatisme ou un choc traumatique. C'est-à-dire la capacité à sortir de la "dépression" pour vivre de nouveau. Acceptation, adaptation,  instinct de survie, surmonter, avancer... sont probablement des synonymes ou des parties prenantes de cette capacité de résilience.
Considérant que nous sommes avant tout matière, en toute logique, la capacité de résilience me semble innée et fait donc partie de chacun de nous. Cependant, comme toute capacité, elle peu taussi se développer, j’y reviendrais par la suite.
En psychologie serait définit  comme un choc traumatique un choc considéré comme "grave" tel qu’un viol, un deuil, l'inceste, etc. Je pense que nous pouvons appliquer la notions de chocs traumatiques à tous les éléments de la vie et que nous en subissons chaque jour : contrariétés familiales ou professionnelles, disputes, séparation, violences subies, etc. et que nous les encaissons souvent sans nous en rendre compte justement par notre capacité de résilience. Celle-ci dépend en partie de notre vision du bonheur, d’une part, et de l’importance accordée aux éléments extérieurs perturbateurs  d’autre part, qui peuvent influer sur notre "bonheur".  Je mets ce mot entre guillemets car cette notion n’est définissable que subjectivement, rapportée à notre vécu.
Donc notre capacité de résilience peut s’étendre par la connaissance de soi-même. Lucia Etxebarria, dans son livre Je ne souffrirai plus par amour  prend l’exemple de sa fille pour illustrer le concept de résilience. Celle-ci apprend à marcher et tombe. Si elle n’avait pas en elle cette résilience, elle n’aurait jamais appris à marcher puisque elle serait tombée et n’aurait plus essayé de nouveau. Notre capacité à être debout, au sens propre comme au figuré, dépend donc de notre capacité à s’adapter aux changements qu’induisent obligatoirement la vie puisque bon, ne nous leurrons pas, rien n’est figé, ni éternel (et tant mieux !).
Les changements causés par un trauma peuvent donc être vécus de manières très différentes, selon ce que nous avons vécu au préalable dans notre vie et la façon donc nous voulons qu’ils soient vécus. Chaque changement s’accompagne d’une phase de deuil (avec  ses différentes phases dont je choisie ici celles qui me semblent les plus pertinentes) :
1. Le choc
2. Le déni
3.La colère
4. La négociation
5. La tristesse
6. L’acceptation
La capacité de résilience se situerait dans l’acceptation et après.
C’est notre aptitude à surmonter ce deuil ou trauma (au sens large, accepter qu’une partie de soi meure pour renaître) afin de continuer à vivre, et surtout, vivre de nouveau différemment en mieux.
Je ne dis pas qu’il n’est pas nécessaire ou anormal de passer par ne phase de dépression face à un changement brutal mais il faut pouvoir la surmonter pour vivre. La résilience existe d’ailleurs également dans le domaine de l’écologie, c’est la possibilité d’un écosystème ou d’une espèce à s’adapter à un changement brutal, on en revient donc à la même chose : marche ou crève.
Oui, c’est brutal mais pourtant probablement une des seules vérités existantes. Oui mais comment faire ? Là encore, pas de "Guide en 10 leçons de la capacité de résilience", c’est avant tout un parcours, bon, un chemin de croix à franchir afin de s’affranchir, justement, des poids de l’existence qui nous empoisonnent.
Je prendrai mon exemple personnel afin d’illustrer cela. Je n’étais pas heureuse dans ma vie il y a encore quelques mois. Pour une multitude de raisons qui finalement reviennent à la même chose : ma vie ne correspondait pas à ce à quoi j’aspirais. Je ne sais toujours pas ce que je veux d’ailleurs, mais je sais ce que je ne veux plus. Donc la première chose à faire est renoncer.Renoncer, laisser partir, lâcher prise. Ce n’est pas forcément négatif que de renoncer à ce que l’on sait et ce que l’on a identifié néfaste pour soi. Une relation amoureuse, une relation amicale, un emploi… A partir du moment où la cause de "je ne suis pas heureux" est reconnue il convient d’y remédier ou de se faire une raison et de vivre sa vie sans choisir.
La renonciation, dans mon cas d’une rupture amoureuse, s’accompagne d’un tas de paramètres que l’on ne peut prévoir. Il ne s’agit pas seulement de renoncer à l’autre et à sa relation mais à l’ensemble des bases communes construites. Autant dire un saut dans le vide et l’inconnu. C’est renoncer à ce que j’étais en tant que couple pour exister en tant que personne indépendante et donc en tant qu’individu.
C’est donc dire au revoir à des schémas ancrés, des amitiés, des habitudes, un mode de vie et recommencer. C’est difficile. Nous sommes accrochés à ce qui nous est familier car c'est rassurant. Mais rassurant ne veut pas dire pour autant bénéfique. Donc accepter que la douleur ne soit pas une douleur insurmontable mais une douleur nécessaire et temporaire que constitue tout deuil constituerait ma deuxième phase.
On peut souffrir. On peut avoir mal, très mal même. Mal par déception, par manque, par regret, ou sans raison. La rééducation psychologique ne peut se faire dans la douceur au même titre que la rééducation physique. Elle exige de remettre en cause ce que l’on pensait vrai, immuable et donc de se remettre en cause. Je n’invente absolument rien, Platon dans L’allégorie de la Caverne explique il y a des siècles que la connaissance demande efforts, volonté et passe par une phase de violence faite à soi-même.
La capacité à accepter que la douleur est partie prenante du processus de résilience est un pas donc vers l’apaisement de cette douleur.
Suite à la douleur vient la phase de réapprentissage. Réapprendre à vivre différemment, seul et pour soi surtout. La principale erreur pour moi constituerait à refaire non pas des erreurs mais les mêmes erreurs.
C'est-à-dire, dans mon cas, quitter un cocon sécurisant pour en retrouver un autre immédiatement (j’ai essayé c’est voué à l’échec pour peu que l’on accepte que notre schéma précédent nous rendait malheureux), construire des relations sur la base de ce que l’on était et non de ce que l’on est, vivre dans l’illusion du changement sans pour autant  avoir remis à zéro ses compteurs.
C’est ce que j’observe souvent autour de moi. Ce phénomène est assez facilement identifiable quand par exemple, on se rend compte que l’on veut faire vivre à l’autre ce que l’on a vécu, lorsque l’on considère que la souffrance subie ne peut trouver réparation que dans la souffrance infligée, que celle-ci sera similaire et qu’il y aura alors réparation du "mal" commis. Or, c’est une grossière erreur puisque la souffrance donnée volontairement ne fait qu’entretenir la relation de dépendance (à ses schémas, à l’autre…) et ne fonctionne que s’il y a une capacité à faire souffrir l’autre, c’est à dire que l'autre donne des prises pour accepter de souffrir.
Si vous en êtes là, une seule chose à faire : dire non. Et donc retour à la première phase : je reconnais ce qui me fait souffrir donc je renonce, etc., etc.
La reconstruction exige également de s’imposer. "Je suis moi, j’existe et je sais ce que je vaux". Et n’importe qui tentant de s'immiscer dans ce processus doit simplement disparaître. Non je ne recommande pas l’utilisation d’un fusil à pompe, quoique ça peut défouler mais vous risquez de vous exposer à quelques petits problèmes judiciaires par la suite.
Dire "Non", "J’ai pas envie" voir "Je vous emmerde"est probablement le plus grand service que nous pouvons nous rendre parfois pour se débarrasser des parasites qui seront toujours existants. Et si on a traversé tout ce chemin de renoncement, de douleur et d’acceptation ce n’est certainement pas pour aller recommencer à s’encombrer de connards et connasses en tout genre, de poids morts, de trucs qui ne servent à rien. NON.
Une partie de notre entourage acceptera le changement. Une autre non. Elle jugera sans connaître, sans essayer de comprendre, avec ses œillères puisque notre propre changement les renverra à eux-mêmes et leur incapacité à changer justement. Dans ce cas, hop, poubelle.
La mauvaise nouvelle c’est que nous allons devoir faire face aux déceptions en tout genre. La bonne nouvelle c’est que nous aurons fait un ménage qui nous servira pour le reste de la vie et que les déceptions ont moins de chance de se reproduire.
"Depuis le fond de mon exil je vous pisse à la raie bien tranquille, là-bas, ne m’en veuillez pas". Je pense que cette phrase résume assez bien ma capacité de résilience du moment.
Sans forcément de haine ou de colère, je répète, mais simplement être dans une optique de mouvement, d’avancée sans entrave en se basant sur une lucidité retrouvée. http://benzombie.blogspot.com/feeds/posts/default?alt=rss

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marianne 6 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog