Magazine Journal intime

Confinement - 31 mars 2020

Publié le 31 mars 2020 par Anned

On commence à comprendre, il me semble, que le virus s'est dans un premier temps propagé silencieusement en Italie dès janvier, avant de se répandre de manière explosive lorsque les circonstances lui ont été favorables : absence de précautions dans un hôpital, match de foot, mélange des générations dans la vie quotidienne...

Idem en France avec ce rassemblement évangélique à Mulhouse.

Rien de tel en Allemagne jusqu'ici. Le pays bénéficie de ce point de vue à plein de l'expérience de ses voisins, et de son "retard" sur eux dans la propagation de l'épidémie.

Il serait intéressant également d'analyser comment le mélange ou non des générations dans la vie quotidienne influe sur la propagation du virus. En Allemagne (où je vis donc) les personnes âgées n'aiment pas beaucoup les enfants. Elles n'en ont pas eu beaucoup elles-mêmes, elles n'ont pas beaucoup de petits-enfants qui leur rendent visite. La société n'est pas très accueillante pour les jeunes familles. Par exemple, les enfants sont considérés comme une nuisance pour le voisinage, bien plus qu'un animal de compagnie ou le fait de jouer d'un instrument de musique. Une certaine forme d'absence de solidarité intergénérationnelle au quotidien pourrait donc avoir aussi préservé jusqu'ici l'Allemagne de la déferlante.

Je ne suis pas sûre qu'il y ait lieu d'admirer le modèle allemand pour cela.

Autistiquement vôtre,

Retour à La Une de Logo Paperblog